Le potager partagé du futur, l'hydroponie...

Depuis ces dix dernières années, nombreux sont les promoteurs a avoir intégré dans leurs opérations ce que l'on nomme communément un #potagerpartagé, à la demande des élus ou par volonté marketing, s'inscrivant dans l'orientation verte actuelle. L'objectif principal affiché est l'éveil de la conscience à la nature et au respect de l'environnement; mais également créer des espaces d'échange pour fédérer et renforcer la mixité sociale.

Cependant, les retours d'expérience sont très souvent mitigés et les objectifs de mixité et de partage sont souvent loin des idées premières. Les raisons de l'échec exposées par les habitants tournent autour de la notion de respect des installations et le non partage équitable des productions déjà trop faibles pour prétendre interagir avec leur quotidien alimentaire. Fort de ce constat certains promoteurs ont mis à disposition un jardinier professionnel accompagnateur pour lancer les premiers mois du potager et faire appliquer des chartes d'utilisation. Un premier pas vers l'équilibre mais certainement pas vers une réponse à un besoin alimentaire réel qui permettrait l'implication des habitants; les surfaces mises à disposition sont trop petites pour des productions suffisantes. Pourtant, il existe une solution issue de l'agriculture hors sol qui pourrait répondre à l'ensemble des besoins: l' #hydroponie.


En effet, l'hydroponie intégrée en base container semble être une réponse innovante et force de proposition pour :

  • sécuriser les potagers partagés

  • assurer un rendement important

  • s'extraire des variations climatiques

  • abolir les insecticides ou pesticides

  • intéresser les habitants

  • réduire la consommation d'eau

Ainsi, il est possible de proposer un container équipé capable de produire autant qu'un potager en réduisant par 6 l'emprise pour une surface d'exploitation équivalente. De plus, la production est multipliée par 5 à 10 puisque les cultures ne subissent plus les conditions climatiques; la circulation d'eau fonctionnant sur un circuit fermé avec recyclage et apport de nutriments et oligoéléments peut être divisée par 10 sans altérer le développement des cultures.

A Toulouse, certaines entreprises collaborent avec des promoteurs soucieux d'intégrer ce type de proposition dans leurs programmes et proposent des solutions complètes permettant de répondre aux besoins des habitants. La mise à disposition en surface ou en intégration sous-sol d'un ou plusieurs containers couplés à une gestion autonome des panneaux photovoltaïques en autoconsommation représentent une alternative performante et économiquement viable, puisqu'à la différence du potager partagé, la production est efficiente et suffisante pour impacter le bien être des habitants.


En attendant de voir cette solution se développer, il serait intéressant de la mettre en test sur des résidences moyennes d'environ 30 logements afin d'étudier les besoins en énergie et les quantités réellement produites. Pour aller plus loin, les besoins électriques nécessaires pour l'alimentation des led UV pourraient être issus d'un stockage de l'énergie solaire dans des batteries électrochimiques telles que celles développées par la société #FHE dans ces solutions #INELIO






Posts récents

Voir tout